www.bluecats.info

Patricia Lynne Duffy

 

from the heart of Chelsea, NY…


“Hommage  à Chagall” détail
Geneviève Mousseaux

 

Blue Cats Mews

 

Scènes de la vie dans une autre langue (3)

Mon téléphone s’est blessé

par Patty Duffy

 

Incroyablement fatiguée et désorientée par le décalage horaire, je titubais dans ma chambre d’hôtel en cherchant l’interrupteur.  Je l’ai trouvé, mais il me semblait qu’il ne marchait pas.  Dans mon état de fatigue, je manquais de volonté et de confiance pour téléphoner à la réception et leur expliquer le problème.  La lumière dans la salle de bain fonctionnait, et je pensais que peut-être que ça suffirait.  Après tout, je n’avais pas d’envie de lire, n’est-ce pas?  Je n’avais pas envie d’écrire des cartes-postales non plus ?  Donc, pourquoi j’aurais besoin de la lumière ?

 

Mais après quelques heures, quand le ciel s’est mis à s’obscurcir, je me rendu compte que, après tout, j’aurais besoin de la lumière.  Un peu angoissée, j’ai appelé à la réception.  La personne qui a répondu m’a expliqué que je devrais appuyer sur les deux boutons à côté de la porte.

À ma grande surprise, j’ai compris clairement ce qu’il m’avait dit!  Heureusement,  j’ai répété les instructions : « les deux boutons à côté de la porte, » je me suis dit. « On les appuie, n’est-ce pas? »

 

Débordante d’enthousiasme et désireuse d’obéir ses instructions que j’avais si bien comprises, j’ai couru vers la porte et j’ai tiré trop fort sur le fil du téléphone de manière qu’il s’est détaché du mur !

 

Maintenant, ni le téléphone ni la lumière ne fonctionnaient pas.  Je me suis trouvée dans l’obscurité et le silence.

 

J’ai essayé de me convaincre que je n’avais pas besoin d’un téléphone ou de la lumière.  Je n’avais pas envie d’avoir une conversation au téléphone et je n’avais non plus envie de lire.

 

J’avais envie de me reposer et je pouvais me reposer dans l’obscurité silencieuse.  Donc, il n’y avait pas de problème.

 

Mais puis, l’idée m’est venue que Josh, mon mari, m’essaierait de me téléphoner.

 

Donc, j’ai descendu les cinq étages jusqu’à la réception et j’ai expliqué ce qui s’est passé.

 

J’ai pratiqué ma petite explication dans ma tête. Mais quel était le verbe pour « to break » ?  C’était quelque chose avec deux « s »—qu’est ’ce que c’était?   « Se casser ? » —non, non, peut-être « se blesser ? »  Oui, c’était ça, un verbe réflexif, « se blesser ».

 

Je suis arrivée à la réception, et j’ai dit, « Bon soir, Monsieur. J’ai un autre problème maintenant. Le téléphone dans ma chambre s’est blessé. »

 

Il avait l’air confus.  « Madame, vous vous êtes blessée ? » il a dit avec inquiétude.

 

« Non, non, ce n’est pas moi. C’est le téléphone dans ma chambre qui s’est blessé ! Et la lumière dans la salle de bain ne va pas encore bien non plus ! »


© www.bluecats.info